Travail le week-end, mais pas de cotisations AVS

Image symbole (Crédits photo)

Tanja* a fait un stage en organisation d’évènements. Ce qui aurait pu être une occasion d’acquérir une expérience dans ce domaine est devenu petit à petit juste un emploi mal payé et sans réelle valeur en terme de contenu.

« J’étais moins une stagiaire que simplement l’assistante personnelle du chef. Cela signifie recevoir 24/7 des messages du chef, travailler régulièrement le week-end et tout cela pour un salaire bien trop bas (CHF 923 net mensuels pour un 100  %). »

La situation devient vraiment problématique quand les employeu·rs·ses ne respectent pas les obligations légales, par exemple le payement des cotisations d’assurance sociale obligatoire. C’est pourtant exactement ce qui s’est passé pour Tanja.

« Lorsqu’il a été question de payer, respectivement des rappels de cotisations AVS et des montants ouverts, j’ai été obligée de demander à mon ancien employeur. Comme je m’y attendais, il a affirmé qu’il m’avait délivré les certificats de salaire. Après l’avoir plusieurs fois invité à me les réemmettre, j’ai perdu patience et l’ai menacé de me faire soutenir juridiquement parlant. Il m’a finalement envoyé les certificats de salaire datés du jour d’envoi, ce qui signifie qu’il n’avait payé les cotisations AVS que ce jour-là. Le message joint à l’envoi était « Tu vois ? Je les ai payées. » Je ne lui ai plus répondu, pas plus que deux semaines plus tard, lorsqu’il a essayé d’arrondir les angles avec le message « All good ? ». J’étais contente de pouvoir enfin clôre ce chapitre. L’entreprise a entretemps été déclaré en faillite puis liquidée.

Comme Tanja en témoigne dans son rapport d’expérience, il y a malheureusement toujours des personnes qui font un stage dans de telles conditions de travail. Tout simplement parce qu’il n’existe pas d’autres possibilités. C’est pour ces raisons précises que les conditions légales sont très importantes pour encadrer les entreprises qui forment des stagiaires. Comme le montre ce rapport, même les obligations déjà existantes, comme le payement des cotisations d’assurance sociale, ne sont pas remplies dans tous les cas. C’est pourquoi les étudiant·e·s devraient savoir ce qu’ils peuvent exiger.

* Le nom a été modifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *