Stage non rémunéré pendant le Master

Forschungspraktikum

Image symbole (Crédits photo)

Arno* a fait deux expériences de stages pendant son cursus de Master dans une haute école spécialisée. Les deux stages étaient exigés par le cursus. L’un des deux, en choix libre, était très intéressant et instructif pour lui. L’autre, en revanche, dans la recherche, absolument pas. Il n’a reçu de salaires pour aucun des stages, ce qui l’a fait se sentir utilisé.

« Pendant le stage de recherche, je me suis senti de temps en temps comme une force de travail ‘gratuite’. Je n’ai été utilisé presque que pour la transcription d’interviews ce qui était peu instructif ou varié pour moi. »

Malgré les initiatives personnelles d’Arno, il n’a ni pu se faire une idée des activités intéressantes, ni n’a reçu de salaire. « Les initiatives personnelles visant à avoir un aperçu d’autres domaines de la recherche ou à suivre le travail d’une personne et à en tirer un enseignement n’ont pas été approuvées. » Le stage se trouvait à l’intersection d’une formation et d’une activité professionnelle. Même si les tâches que les stagiaires doivent accomplir pendant leur stage relèvent de la responsabilité de l’entreprise qui les emploie et les forme, on peut se demander si ces tâches ont la priorité sur la partie formatrice du stage. Même si, comme dans le cas d’Arno, le stagiaire se donne encore la peine de chercher à obtenir un aperçu des domaines pertinents, l’exploitation des stagiaires comme pure force de travail semble évidente. « Dans les deux stages, j’ai gagné pour une totalité de six semaines à 100  %, zéro centime.  Je comprends que les stages servent également comme opportunité d’apprentissage. Néanmoins, je suis a) âgé de plus de 30 ans et b) responsable unique pour mon entretien. Je ne peux tout simplement pas me permettre de travailler six semaines sans gagner d’argent. De quoi devrais-je vivre ? »

Comme Arno nous l’a communiqué dans son rapport d’expérience, il n’a pas pu vraiment profiter de l’un des stages. Il sait que cela peut se passer autrement. Le stage choisi librement était « passionnant et instructif. Mon accompagnement de stage était très respectueux, c’était tout simplement super. »

Malheureusement il reste encore des employeu·r·se·s qui ne paient pas du tout leurs stagiaires et qui ne leur offrent même pas d’opportunité d’apprentissage adéquate. Arno pense donc à juste titre qu’ « un salaire de stage serait ici approprié. » L’UNES s’engage pour une juste rémunération des stagiaires. Comme le montre l’exemple d’Arno, les étudiant·e·s un peu plus âgé·e·s dépendent d’un travail d’appoint à côté de leurs études. Ils ne reçoivent que rarement du soutien de leurs parents ou du système de bourses d’études. Un travail d’appoint en plus des études à temps plein est considérablement difficile à maintenir. C’est pourquoi un dédommagement correct des stages (en tant que partie du cursus d’études) est une condition préalable à la suppression des inégalités et pour la compatiblité sociale des stages et avec eux, des études.

 

* Le nom a été modifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *